L'histoire d'une petite école de quartier qui a grandi...

 

Vers 1855

 

Une épidémie de typhus et de choléra ravage le camp militaire établi à Boulogne sur Mer. L'hôpital civil et militaire ne suffisant plus pour contenir les malades, il faut organiser une ambulance dans une vieille caserne située près du port.

Les Augustines d'Arras sont appelées à Boulogne sur mer pour la direction de cette ambulance. Après la levée du camp les soeurs se sont tellement attachées à la population qu'elles souhaitent établir un pied à terre à Boulogne.

 

Le 12 mai 1856

 

Une délibération du Conseil Général d'Arras projette l'achat de terrains rue de Desvres au faubourg de Bréquerecque pour offrir aux jeunes filles de cette grande ville un établissement de "préservation".

 

Le 28 décembre 1857

 

Une nouvelle délibération décide d'établir sur la paroisse toute nouvelle de Saint François de Sales, au faubourg de Bréquerecque, une salle d'asile et un ouvroir pour y recueillir les enfants, les jeunes filles du quartier, pour les former à la pratique des vertus chrétiennes.

Le conseil est d'avis d'acquérir les 6 terrains à vendre rue de Desvres, pour la somme de 19 500 francs.

 

En octobre 1858

 

Ouverture d'une école : 70 enfants dans une classe du jour

                                  35 enfants dans une classe du soir

                                  80 enfants dans une salle d'asile

 

Cette année 1858

 

Une subvention sur fonds d'état  est obtenue par l'intermédiaire de son Eminence le Cardinal Archevêque de Paris, que deux soeurs, vainquant leur timidité, sont allées solliciter, lors d'un voyage à Paris.

 

Le 28 septembre 1859

 

Un décret impérial autorise l'établissement de la Maison à Bréquerecque et approuve l'achat des terrains.

 

En 1860

 

Un crédit est voté par la mairie pour :

 

- les deux soeurs chargées de la direction de l'asile,

- la soeur chargée de la classe du jour,

- la soeur chargée de la classe du soir.

 

Ce crédit est renouvelé les années suivantes.

 

En 1865, 1869

 

Achat de différents terrains pour agrandissement de l'oeuvre.

 

Le 29 septembre 1879

 

Un arrêté oblige les apprentis à suivre les cours des écoles du quartier oû sont situés les établissements qui les occupent.

 

En 1883

 

On trouve aux archives, une déclaration d'école maternelle payante de Dame Mecthilde LEPLUS dite Soeur Saint Jean de la Croix.

 

En 1891

 

L'établissement compte 6 religieuses et une adjointe.

 

En 1905

 

L'école congréganiste est fermée par ordre du gouvernement.

 

En juillet, les soeurs quittent les classes, abandon des classes gratuites,

En octobre, l'école est à nouveau ouverte par une soeur qui s'est sécularisée, aidée d'une adjointe.

Un procès est intenté pour l'ouverture d'une école fermée par ordre du gouvernement. Après 18 mois, un acquittement est accordé.

 

En 1906

 

Soeur Saint Théodore se sécularise et va aider à l'école.

 

En 1942

 

Les soeurs enseignantes sécularisées reprennent l'habit religieux.

L'école est torpillée. Elle sera totalement anéantie en 1944.

 

En 1945

 

L'école est reprise au 14 rue Blanzy Pourre où une crèche avait été ouverte, grâce au legs de Madame MATZ-BLANZY, en 1873.

 

En 1947

 

La congrégation fait construire une classe dans le fond du jardin près de la crèche.

 

En 1949

 

L'installation de l'école dans les locaux de la crèche dans l'actuelle rue Blanzy-Pourre a entraîné la fermeture de celle-ci. Les parents sont mécontents et demandent avec insistance l'ouverture de la crèche. Le quartier devient populeux, il y a beaucoup de familles nombreuses.

 

En 1956

 

C'est cette raison qui prévaut pour obtenir une autorisation prioritaire de reconstruction de 5 classes et 1 salle d'accueil.

La Congrégation hésite à entreprendre les travaux de reconstruction.

 

En 1957

 

Le Comité s'émeut de cette hésitation. Il estime que la baisse des effectifs enregistrée à la rentrée d'octobre est due à la vétusté des locaux, à la situation de l'entrée qui ne ressemble en rien à l'entrée d'une école, mais plutôt à des dépendances de vieille usine avec une cour très petite et sale où les enfants ne peuvent s'ébattre. Les salles de classe sont mal éclairées. Le Comité souhaite la reconstruction sur le terrain de l'ancienne école. Il s'engage à redonner à l'école, tant sur le plan effectif que sur les réunions et activités, toute la vie que souhaite la Congrégation.

Pour 150 enfants il y a une cour de 50 m2. L'école est trop petite (lettre adressée à la Supérieure Générale). En fin d'année l'effectif augmente.

 

En 1958

 

Cent ans après l'ouverture, Mr le Chanoine Dhermy pose la 1ère pierre de la "future école libre de filles". Un bloc contenant les médailles des protecteurs de la paroisse est scellé. Soeurs Maris-Agnès et Marie-Emmanuelle, respectivement Supérieure de la Communauté des Religieuses Augustines et Directrice de l'école étaient présentes à cette cérémonie, qui rassembla de nombreux habitants de Bréquerecque.

 

En 1959

 

La reconstruction de l'école est terminée, rue Leuillieux. Elle est inaugurée par Monseigneur Parenty, responsable de l'enseignement diocésain.

A la rentrée on compte 126 enfants, sous la direction de Soeur Marie Lacheré, nouvellement nommée par la Congrégation.

 

En 1962

 

19 mai 1962, 3 classes obtiennent le contrat simple sur un total de 5 classes (le dossier avait été déposé le 17 octobre 1960).

 

En 1963

 

20 septembre 1963 : une 4ème classe est agréée.

 

En 1967

 

Création d'une 5ème classe, l'école compte alors 175 élèves.

 

Rentrée scolaire 1969

 

Arrivée d'une nouvelle directrice : Mère Saint Vincent de Paul (Germaine Lefebvre)

 

En 1971

 

Retour de Soeur Marie Lacheré à la direction de l'école.

 

En 1978

 

L'école, avec l'accord de la Direction Diocésaine, devient Mixte : "Mini-révolution, à Saint Augustin" : des garçons, jusqu'alors présents en maternelle, fréquentent l'école primaire. Devant l'augmentation des effectifs, les Comités décident, avec la Congrégation, de l'achat de 2 préfabriqués qui seront opérationnels à la rentrée de septembre.

L'agrément est accordé pour la 6ème et la 7ème classe.

2 maternelles sont installées dans les nouveaux locaux.

 

En 1980

 

Refus d'une 3ème classe de maternelle... alors la rentrée voit 52 élèves dans une classe de "Petite et Moyenne Section", et 44 élèves dans une classe de "Moyens-Grands".

 

En 1982

 

Toujours la nécessité de s'agrandir ! Une 8ème classe en maternelle voit le jour : elle est construite "en dur", dans le jardin.

 

En 1987 : le contrat simple est renouvelé.

 

En 1988

 

Une opportunité se présente : un local industriel, jouxtant l'école, est à vendre... Grâce à la Congrégation, l'achat est réalisé. Les Comités décident d'y aménager une salle de sports et un bloc sanitaire. Il reste de la place pour des aménagements futurs...

 

En 1990

 

Départ de la Directrice : Soeur Marie.

Arrivée de Soeur Thérèse Véronique. L'école dénombre 230 élèves.

 

En 1991

 

Le Contrat d'Association est accordé à l'école. C'est un "ballon d'oxygène" précieux pour les finances de l'école, vu les besoins en matériel et en personnel.

 

En 1992

 

Les effectifs croissent encore : depuis quelques années, le quartier voit arriver des jeunes ménages dans les maisons laissées vacantes par les personnes âgées décédées, dont la plupart étaient ouvriers de "la plume" (fabriques de plumes et de crayons "Baignol et Farjon", "Blanzy Conté Gilbert". La plume "Sergent Major" est née à Boulogne)

L'achat du terrain de 1988 permet la réalisation de 3 nouvelles classes, d'une salle de repos et d'un bloc sanitaire. C'est un projet ambitieux!

La salle de repos et 1 classe sont aménagées dans les anciens bâtiments. Un 3éme local sera laissé disponible à l'étage : 2 classes et le bloc sanitaire sont construits, sans oublier la chaufferie.

 

Rentrée 1993

 

La Préfecture accorde l'ouverture d'une 9éme classe, primaire, dans un des nouveaux locaux. La salle de repos fait le bonheur des petits : enfin une sieste avec un bon lit ! Le bonheur des "grands" aussi : plus de matelas mousse à installer pour la sieste... à ranger pour reprendre la classe !

La construction se poursuit pour le reste du projet, durant le premier trimestre.

 

Avril 1994

 

Mauvaise nouvelle ! L'ouverture d'une 10éme classe, pourtant nécessaire, est refusée par l'Académie. L'école est obligée de refuser, pour la rentrée 1994, les nouveaux élèves. Des petits frères et soeurs sont mêmes contraints de se diriger vers d'autres établissements... alors qu'ils étaient déjà inscrits à Saint Augustin...

 

Juin 1994

 

Soeur Thérèse Véronique, Directrice, est appelée par la Congrégation pour diriger une maison diocésaine en Limousin.

N'ayant plus de Religieuse disponible pour la remplacer, la "Crise des Vocations" devenant réalité, la Supérieure Générale, Soeur Janine Bertrand, décide de faire appel à un directeur laïc, enseignant à l'école.

L'ensemble de la Communauté Educative, Enseignants, Comités d'APEL et d'AEP exprime le souhait de maintenir l'école Saint Augustin sous la Tutelle de la Congrégation. Soeur Janine, en accord avec son conseil, accepte cette demande après rencontre avec les différentes parties.

 

Fin juin 1994

 

Les nouveaux locaux sont prêts ! C'est le "Grand Déménagement". Les 3 maternelles s'installent dans les nouvelles classes.

Les préfabriqués devraient être démolis...et un 3éme local se trouve vacant : il servira de "salle d'anglais" ce qui permettra de travailler par 1/2 groupes.

Le couloir du rez-de-chaussée se refait une beauté. Il n'avait pas été repeint depuis...27 ans ! Des parents ont retroussé les manches. Les sanitaires extérieurs sont également rénovés.

 

Rentrée 1994 : La rentrée s'effectue avec des classes "chargées".

 

Octobre 1994 : Inauguration de la "Nouvelle Ecole Maternelle" sous la présidence de Mr l'Abbé Larsen, Directeur Diocésain, Mr Legagneur, Directeur Adjoint pour le primaire, Mr Muselet, Maire de Boulogne, Mr Darras Président de l'UDAEP, Mr le Président de l'UDAPEL, les anciennes directrices Soeur Marie, Soeur Thérèse Véronique, Soeur Marie Madeleine, représentant la Supérieure Générale, Soeur Claude, qui a rouvert l'école en 1945 après les bombardements de 1942, et Mr L'abbé Brebion, Curé de la Paroisse Saint François de Sales qui a célébré auparavant la messe d'Action de Grâces en l'honneur de l'école.

Eté 1995 : le 2éme étage se refait une beauté.

 

Septembre 1995

 

La 10éme classe, refusée en 1994, est enfin accordée. Elle s'installe dans l'ancienne maternelle, "côté jardin".

Les" Anglais" déménagent dans une des classes préfabriquées, (elles ne sont toujours pas démolies...une chance)

 

Septembre 1996

 

10 classes, 296 élèves. L'équipement informatique se met en place.

  

Avril 1997

 

L'autorisation d'ouvrir une 11éme classe est accordée...devant la demande constante d'inscriptions en maternelle (comme en primaire d'ailleurs). Heureusement, il reste les préfabriqués ! toujours debout. Ils seront rajeunis sérieusement durant les vacances. La maternelle "côté jardin" redevient classe maternelle.

Mais... "les Anglais" n'auront plus de local !

Les Comités décident d'aménager le local resté vacant dans la partie maternelle, à l'étage. (initialement prévu pour des bureaux).
Mais il faut une issue de secours... La solution est trouvée : une passerelle refuge ! pour ne pas empiéter sur la cour.

On reprend les travaux pour créer la classe : carrelage, isolation, passerelle, révision de la charpente, électricité et un mur coupe-feu (à cause de l'imprimerie contiguë au local).

 

Rentrée 1997

 

Les "Anglais" ont un beau local tout neuf ! L'école compte alors 312 élèves.

 

Rentrée 1998

 

Une 12éme classe primaire est ouverte. Elle s'installe dans le local aménagé l'an dernier. Les "Anglais" vont en salle d'accueil... On installe les tables, on les range...

7 classes primaires, 5 classes maternelles : 318 élèves.
L'école se porte bien. L'été a permis de repeindre la salle de sports, le préau couvert et une classe primaire. 

 

Décembre 1999

"La salle d'Anglais" manque encore... Les Comités se remettent au travail : plus de place au sol. Les cours de récréation sont nécessaires ! pas de maison en vue, à part un bâtiment voisin libre à la vente mais "en boyau"...

Et si on construisait au-dessus de la salle d'accueil, qui n'est qu'en rez-de-chaussée ? On décide de construire une salle d'anglais, une salle de réunions, une salle de pause et un bureau.

Le permis de construire est enfin accordé. Les travaux commencent. Hélas, la dalle terrasse n'est pas conforme pour les issues de secours vers l'ancien bâtiment... Le chantier prend du retard...mais les effectifs non. Une classe primaire supplémentaire s'impose. Au lieu d'une salle d'Anglais et une salle de réunion à l'étage, ce sera une classe primaire et une salle d'anglais.

Pendant les travaux, les cours continuent... Marteau piqueur durant les récrés...1/2 groupes de travail "émigrés" à la maison Saint Augustin... Plus de salle d'accueil : les garderies se font en salle de sports...les couloirs sont encombrés par les armoires...de la poussière partout...des engins envahissent la rue, la cour...sécurité chaque jour : aucun incident !

Mais les vacances approchent...

Malgré le retard accumulé, les entreprises feront le maximum pour que la réception des travaux soit faite... la veille de la rentrée : Le macadam de la cour, défoncé par les engins, est refait à temps : il est encore chaud ! Une prouesse !!!

 

Septembre 2000

 

Tout est prêt ! Le "vieux bâtiment" a profité des travaux : rénovation d'une classe, de la salle d'accueil, du secrétariat.
L'école dénombre 8 classes primaires, 5 classes maternelles et 333 élèves.

 

Octobre 2000

 

Inauguration en présence des autorités comme en 1994, Mr L'Abbé Brebion bénit les nouveaux locaux, Monsieur Debove, Directeur Diocésain adjoint au primaire et Mr Logez, Président de l'UDAPEL salueront la vitalité de l'école Saint Augustin en rendant hommage aux Comités de parents pour leur volonté et leur ténacité ainsi qu'à toute l'équipe éducative pour l'efficacité de son travail, tous unis au service des enfants et de leur famille. 

 

Mai 2001

 

Encore des projets ?... Les préfabriqués ne sont toujours pas démolis... Ils vieillissent... Il faut y penser ! Le projet est dans les cartons ! Au-dessus de la cour couverte, et de la salle de sports, il y a la place... Alors ? On y va ?

2 classes à transplanter (et la cour grandirait), une bibliothèque, 1 salle de travaux manuels, et peut-être une salle de réunions... On pourrait tout caser ! Chiche ?  

 

Septembre 2009

 

A la suite du départ en retraite de M. PAQUENTIN, les Religieuses Augustines de N.D de Paris ont nommé M. VERMET.

 

L'école compte 357 élèves inscrits de la maternelle au CM2.

 

Octobre 2009

 

Le comité de gestion valide le remplacement des seize fenêtres de l'ancien bâtiment (côté cour). 

 

Avril 2010

 

Le comité de gestion valide le remplacement de la toiture du préau des maternelles et de la salle de motricité.

 

Juin 2010

 

Le comité des parents d'élèves a souhaité remettre au goût du jour la traditionnelle kermesse où petits et grands sont invités à participer aux différents stands toute une journée!

 

Cette kermesse 2010 fut un véritable succès...

 

Juillet 2010

 

Nous procédons à la réfection des deux pignons de l'ancien bâtiment.

 

Août 2010

 

La cour de récréation des CE2,CM1 et CM2 est changée pour la rentrée!

La classe des TPS/PS B est complètement remise à neuf. Les sanitaires des petits ont été modifiés.

 

Septembre 2010

 

En cette rentrée scolaire, l'école compte 358 élèves inscrits.

 

Janvier 2011 

 

Les travaux dans la rue Leuillieux ont débuté! L'ancien couvent des religieuses va (re)devenir une maison de retraite. En avant pour des mois de travaux... L'organisation des entrées et des sorties a été revue en conséquence! Une nouvelle entrée est réalisée rue de Bréquerecque.

 

Septembre 2011

 

En cette rentrée scolaire, l'école compte 369 élèves inscrits.

 

Pour faire face aux effectifs des classes de la maternelle, le comité de gestion a investi  dans le mobilier : les tables et les chaises des cinq classes sont remplacées!

 

De plus, une salle informatique a été réalisée afin que les élèves puissent confortablement s'initier ou développer leurs compétences dans le domaine des technologies de l'informatique et de la communication.

 

Novembre 2011

  

Le lundi 28 novembre 2011 marque une nouvelle étape dans la vie de notre école maternelle et élémentaire Saint Augustin …

 

En effet, toute la communauté éducative de l’établissement s’est réunie autour de la Prieure Générale, Sœur Danièle Duvillier, de la congrégation des Sœurs Augustines de Notre Dame de Paris afin d’officialiser la convention d’association avec la congrégation des Sœurs Salésiennes de Don Bosco, représentée par Sœur Nadia Aidjian.

 

Après avoir pris l’avis de son conseil de tutelle, et reçu l’accord de Monseigneur Jaeger, Evêque d’Arras, les Augustines ont accepté que l’école Saint Augustin s’inspire du charisme salésien pour accomplir ses missions pastorales, éducatives et pédagogiques. Pendant deux années, l’établissement sera considéré comme « établissement associé » au Réseau Don Bosco des établissements salésiens de France.

 

Cette cérémonie a permis de remettre en valeur le formidable investissement des Religieuses Augustines sur les terres boulonnaises depuis plus de 150 ans …

 

« Une page se tourne… Mais le livre continue… »

 

L’initiation à la pédagogie Salésienne apportera une nouvelle dimension à l’équipe éducative de l’école Saint Augustin. Ainsi, tous les acteurs de cette convention « s’enrichiront des trésors de chacun »…

 

Janvier 2012

 

L'AEP Saint Augustin investit dans deux aérothermes afin que la salle de motricité puisse être chauffée durant l'hiver...

 

Septembre 2012

 

En cette rentrée scolaire, l'école compte 371 élèves inscrits.

 

Septembre 2013

 

Mme LENFANT, nommée par les Salésiens,  prend la succession de Mr VERMET parti prendre la direction d'un établissement à BRIANCON.

 

En cette rentrée scolaire, l'école compte 360 élèves inscrits.

 

03 avril 2014

 

Dévolution officielle de la Tutelle des Soeurs Augustines vers la Tutelle des Soeurs Salésiennes.

 

Une grande fête est organisée.

 

Septembre 2017

 

Mme Vanderhaeghe, nommée par les Salésiens, prend la succession de Mme Lenfant.

 

En cette rentrée, l'école compte 316 élèves inscrits.